Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'homme aux cercles bleus, Fred Vargas

31 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans français

Après deux essais infructueux (Ceux qui vont mourir te saluent (1994) et Debout les morts (1995)), je poursuis ma lecture des livres de Fred Vargas. C'est ainsi que j'en suis venue à lire L'homme aux cercles bleus (1991), son premier roman policier mettant en scène le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, premier d'une longue série.


L'homme aux cercles bleus

A l'occasion de la sortie de son dernier roman, Un lieu incertain, j'ai décidé de me plonger pour la troisième fois dans un roman de Fred Vargas... sans succès.

L'histoire de situe dans Paris, dans des quartiers qui me sont familiers. Un homme trace, la nuit, des cercles bleus de deux mètres de diamètre à la craie bleue sur les trottoirs. Au centre de ceux-ci, des objets anodins, comme un pommeau de douche, un bracelet-montre, une orange, ... Et un jour, le corps d'une femme égorgée.

Adamsberg, présent sans l'être et doté d'une intuition quasi inhumaine, fait (plus ou moins) cavalier seul pour résoudre ce crime. Il est entouré pour cela de Danglard, bien plus terre-à-terre que son chef et est hanté par Camille, une fille mystérieuse dont on ne saura jamais grand chose (suite au prochain épisode ?).

Toujours pas convaincue par les livres de F. Vargas. Pourquoi ? L'impression d'une certaine absurdité dans les dialogues, parfois (trop) loufoques.

Je préfère décidément les romans policiers du Nord !

(marie)
Lire la suite

Le journal d'un remplaçant, Martin Vidberg

29 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #BD & romans graphiques

Je me rends fréquemment sur le blog de Martin Vidberg depuis plusieurs mois, qui illustre des faits d'actualité par le biais d'humains patatoïdes. J'ai emprunté son Journal d'un remplaçant (2007), où il retrace sa première année en tant que professeur des écoles.

Journal d'un remplaçant

N'ayant pas reçu d'affectation en début d'année, il se retrouve remplaçant. Comprendre : rattaché à une école dans le but d'aider ses collègues lors d'activités, ou relégué aux tâches administratives. Or, bientôt, il sera porté volontaire pour aller enseigner dans une école accueillant des élèves à difficultés. C'est cette expérience, riche et éprouvante, qui est illustrée de façon quotidienne et toujours avec humour.

A lire !


(marie)

Lire la suite

Journal d'un vieux fou, Junichirô Tanizaki

28 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans japonais

Acheté je-ne-sais-plus-où récemment, j'avais envie depuis quelque temps de découvrir cet auteur japonais.

Journal d'un vieux fou
Junichiro Tanizaki (1886 - 1965) est l'auteur de nombreux romans, dont Les quatre soeurs, une fresque familiale que je lirai un jour.

Parce que, oui, j'ai commencé par le dernier livre que l'auteur ait écrit, ce qui n'est pas très judicieux pour me faire une idée du style et des idées de l'auteur.

Enfin, dans ce livre, on s'immice dans le quotidien d'un vieillard au moyen de son journal et l'on y croise sa femme, sa belle-fille qui exerce un certain pouvoir sur lui, son infirmière, ses enfants, ...

Le journal d'un vieux fou (1961) nous rend compte des évolutions de la société japonaise, à une époque où plusieurs générations vivaient sous le même toit plus couramment qu'aujourd'hui. J'ai trouvé sa lecture intéressante, même s'il ne me laissera pas un souvenir indélébile.


(marie)
Lire la suite

Danse avec l'ange, Ake Edwardson

27 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans du Nord

Jusqu'à maintenant, je connaissais l'équation suivante :
Suède + policier = Henning Mankell + Stieg Larsson = valeur sûre !

Ake Edwardson allait-il lui aussi l'intégrer ?

Les enquêtes d'Erik Winter - Danse avec l'ange


L'histoire se passe en parallèle à Göteborg et Longres et elle met en scène l'un des personnages principaux de l'auteur, Erik Winter, commissaire à Göteborg.

Un jeune anglais est retrouvé mort à Göteborg et un jeune suédois à Londres...

J'ai lu ce livre alors que les deux français venaient de se faire massacrer dans un appartement londonien, la lecture fut longue... Je n'ai pas été convaincue par le livre (ni par le mobile du meurtre d'ailleurs : le rapport mobile / nombre de pages n'est pas terrible, à l'inverse des livres de Sue Grafton par exemple).

Ake Edwardson n'intègre en conséquence par mon équation, mais je ne resterai pas sur cette défaite, son heure viendra peut-être ! ...


(marie)

Lire la suite

La vie en gris et rose, Takeshi Kitano

26 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans japonais

Une amie m'a récemment offert ce livre pour mon anniversaire !

La vie en gris et rose


Kitano Takeshi, né au Japon en 1947, est certainement davantage connu pour ses films, aussi bien devant que derrière la caméra.

Dans ce court livre, publié en Avril de cette année, l'auteur se remémore ses souvenirs d'enfance, dans un Japon différent de celui tel qu'il est aujourd'hui. Il déplore que maintenant, les enfants aient des occupations en abondance, alors qu'à son époque, les anfants s'amusaient d'un même jeu plusieurs mois durant.
Ce livre est découpé en de courts chapitres, chacun illustré par l'auteur.

Ces chapitres, qui ressemblent davantage à des chroniques, sont très vivantes et nous plongent dans l'environnement du garçon.

Un livre qui (re)donne le sourire !


(marie)

Lire la suite

Haka / Utu, Caryl Férey

25 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans du bout du monde

Haka (1998) et Utu (2004) sont deux romans policiers qui se déroulent à Auckland (Nouvelle-Zélande), écrit par Caryl Férey, un écrivain français voyageur.

Bill m'a offert Utu, attirée par la bandeau rouge synonyme de prix littéraire (en l'occurence le prix SNCF du polar 2005 - une valeur sûre), sans se douter que Haka, le premier de la série, existait. Satané bandeau rouge ! Mais heureusement pour moi, ces deux livres peuvent se lire séparément. Et pas forcément dans l'ordre.

Eh puis, si Bill savait à quel point ils sont bien, sur qu'elle les aurait lu avant de me les conseiller !

Haka Utu

Ces deux romans sont en quelque sorte parallèles, et comme je ne peux pas parler de Utu sans dévoiler le dénouement de Haka, je m'en abstiendrai.

Haka, donc, met en scène un policier métisse maori - écossais (il me semble) d'une quarantaine d'année, obsédé par la disparition vingt ans plus tôt de sa femme et sa fille alors âgée de quelques mois. Sur fond d'affaires politiques et maories et accompagné d'une criminologue encombrante pour quelqu'un qui a l'habitude de travailler seule, il mène une enquète où tout le monde n'en sortira pas indemne.

Le lecteur non plus, d'ailleurs.

Cet auteur et ces deux livres en particulier sont indéniablement ceux qui m'auront le plus marqué dans le registre policier, avec ceux d'Arnaldur Indridason.

A découvrir, donc.


(marie)

Lire la suite

L'abécédaire de Sue Grafton

24 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans d'Amérique du Nord

J'explore peu à peu le territoire des livres policiers qui m'était jusqu'alors inconnu... Il est ainsi tout naturel que je lise aujourd'hui  l'ABCdaire de Sue Grafton qui m'intriguait jusqu'alors !


A comme alibi

B comme brûlée

C comme cadavre


Sue Grafton a commencé à publié cette série en 1982, avec A comme alibi (ou A is for Alibi en VO). On y rencontre Kinsey Millhone, détective privé sans attaches familiales et domiciliée à Santa Teresa, non loin de Los Angeles.

L'atmosphère est plaisante, où l'on retrouve son bailleur (un homme de soixante dix ans, séduisant) et la tenancière du restaurant où elle se rend fréquemment (une hongroise dont le caractère est bien trempé !).

J'ai à présent lu les trois premiers tomes : A comme Alibi, B comme brulée (1985) et C comme cadavre (1986).
Le dernier publié en France s'intitule S comme Silence (2005).
L'auteur est aujourd'hui âgée de 68 ans.

Une petite critique toutefois... Chose qui ne m'arrive jamais, j'arrive toujours à démasquer l'assassin avant la détective !


(marie)
Lire la suite

Entre les murs, François Bégaudeau

23 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans français

J'ai eu envie de lire ce livre il y a un an.
Je venais d'assister à une lecture à laquelle avait participé François Bégaudeau et son charisme, plus que les mots qu'il prononçait (lecture de son dernier livre, Fin de l'histoire), m'ont donné l'envie de lire Entre les murs, que Bill avait acheté.
Mais elle m'en a fait une telle pub que j'ai remis ma lecture à plus tard...
Et puis, l'actualité étant ce qu'elle ait, j'ai décidé de me plonger à mon tour dans ce livre.

Entre les murs
Eh bien...

Le positif, c'est qu'un livre mettant en scène les collèges difficiles ait tant de succès, en espérant que le film en ait autant. On ne parle pas assez de tout ce qui se passe là-bas et c'est un tord.

Le négatif... c'est quoi ce prof ?! Il a une piètre opinion des élèves, allant jusqu'à penser qu'une de ses élèves n'a aucun avenir, sans vouloir l'aider pour autant à en avoir un, et affirmant sans trembler que tout le monde se fout de l'Autriche. J'ai lu à juste titre sur un blog que s'il avait dit ça d'un pays plus au sud, les choses auraient peut-être fait davantage de bruit, mais enfin...

Bref, l'idée est bonne, la forme est pertinente (alternance sans vraiment de lien entre la salle de classe et la salle des profs), mais le fond ne m'a pas convaincue ! Je croyais qu'on transmettait le respect à l'école ! ...


(marie)
Lire la suite

Demande à la poussière, John Fante

22 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans d'Amérique du Nord

Il est posé sur les étagères familiales depuis toujours - ou presque, près de Mon chien stupide, dont la quatrième de couverture ne me donnait pas envie (décidément !). Eh puis, un auteur que j'apprécie en disait du bien, alors j'ai emmené Demande à la poussière dans mes bagages lors de ma dernière traversée de la France.

Demande à la poussière

 

Ce livre a été publié aux Etats-Unis en 1939 et est contemporain à cette époque. Il met en scène Bandini, un américain d'origine italienne à son grand désespoir et qui a subi les moqueries de ses camarades dans son village d'origine (on retrouve cette partie de sa vie dans le livre intitulé Bandini - mais je n'ai pas lu). C'est entre autre pourquoi il part pour Los Angeles, mais aussi parce qu'il est écrivain et qu'il pense mieux réussir en partant.

L'histoire est très plaisante à lire, on se retrouve rapidement dans l'ambiance que l'auteur instaure, l'odeur de la poussière, de l'espérance et de la souffrance. Les personnages sont attachants et à fleur de peau.


Je viens de voir que ce livre avait été adapté au cinéma en 2006, mais, étant donné les acteurs à l'affiche, je ne le verrai pas, je ne les vois pas dans la peau des personnages...


(marie)
Lire la suite

Le pingouin, Andreï Kourkov

21 Juillet 2008 , Rédigé par Marie Publié dans #Romans allemands et d'Europe de L'Est

Bill et moi nous sommes retrouvées en court week-end entre fille il y a peu. Et parce qu'on ne peut pas aller au Furet du Nord pour la première fois sans y acheter quelque chose, voici un de nos achats !

Le pingouin


J'avais déjà lu la 4ème de couverture sans en être vraiment convaincue, et j'avais tord ! J'ai passé un bon moment à Kiev, avec Victor, un être naïf, accompagné de son pingouin adoptif. Il leur arrive des aventures invraisemblables et variées tout au long de l'histoire ...


Ravie de cette lecture, j'ai acheté la suite, écrite 7 ans plus tard (succès, succès...), en 2003, nommé Les pingouins n'ont jamais froid.

Les pingouins n'ont jamais froid



L'histoire se poursuit juste après que l'on ait quitté Victor. Cela dit, l'histoire peut s'arrêter après Le pingouin. Et ça n'aurait peut-être pas été plus mal de s'arrêter là... Les aventures sont encore plus farfelues (et ce n'est pas peu dire). Sans vouloir trop en dire, le duo du premier livre était plus efficace que dans le deuxième.


(marie)

Lire la suite
1 2 > >>